INTRANET MEMBRES SSJB

 

Mot de la Présidente générale

Merci aux délégué.es, aux président.es des sections et aux membres observateurs qui se sont réunis à l’occasion de la 188e assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal tenue à l’amphithéâtre Cœur des sciences de l’UQAM les 10 et 11 mars dernier.

Je tiens à féliciter les conseillers généraux Lucner Benoît, Claudia Larochelle, Josianne Lavallée, Anne Michèle Meggs et les anciens présidents Jean Dorion, Mario Beaulieu et Maxime Laporte élus à l’unanimité.

Merci également à notre ancien président François Lemieux ainsi qu’à France Langlais, Frédéric Lapointe, Rachid Bandou, Yvan Bombardier, et Mathieu Roy qui poursuivent leur mandat au sein du Conseil général.

Tant et aussi longtemps que le Québec n’aura pas accédé à son indépendance, nous avons le devoir de continuer, sans relâche, à défendre et à promouvoir ce projet essentiel et vital pour notre nation.

Défendre notre langue, faire progresser le projet de l’indépendance, voilà les objectifs qui nous définissent et dans lesquels nous nous investissons sans relâche.

L’indépendance du Québec doit se défendre aux quatre coins de notre magnifique territoire. Il faut donc l’occuper ce territoire. S’investir dans nos milieux de vie respectifs pour défendre le français, nos emblèmes, nos valeurs, notre identité, nos lois et nos droits chèrement acquis.

Soyons partout, faisons-nous entendre. Surtout, soyons inspirants ! Osons prendre des chemins différents. Élargissons nos réseaux et nos horizons. Plus nombreux nous serons, plus forts nous deviendrons. Oui, nous pouvons voler de nos propres ailes.

Chers amis, le printemps est à nos portes. Bientôt, vous pourrez lever la tête au ciel et apercevoir le passage des magnifiques oies blanches. Pour affronter les puissants vents de face, pendant leurs longues envolées, que font les oies blanches? Elles se regroupent, s’unissent et s’organisent derrière un leader. Les oies savent que le soutien mutuel et la coopération sont essentielles pour se rendre à destination. Donc, pour elles comme pour nous, le vrai mouvement, le vrai leadership, est dans celui que tout le monde accepte de prendre. Et les vrais leaders, c’est vous. Vous êtes notre force.

Cette force, chacun d’entre nous doit la faire grandir, l’entretenir et l’utiliser pour nous rendre, tous, plus forts. On peut la trouver dans notre unité et notre cohésion, dans la force de nos convictions et nos idées, dans notre force de travail et de notre grande organisation. Soyons fiers de cette force.

Comme disait Deschamps : « Aimons-nous jour après jour ». Aimons le Québec, aimons ceux qui l’habitent depuis longtemps ou récemment. Aimons notre langue en la parlant bien et en s’en montrant responsables à tous moments. Aimons notre culture, diffusons-la. Aimons les choses bien faites. Aimons-nous en tant que compagnons de lutte. Aimons le Québec, assez pour lui donner un pays.

N’oublions pas que la FORCE ET L’AMOUR doivent nous guider à toutes les étapes de notre militance. C’est avec FORCE qu’on construit. Et c’est dans L’AMOUR que nous vaincrons.

VLQL.

Marie-Anne Alepin