INTRANET MEMBRES SSJB

SSJB logo legardeur

M. François Blais
Ministre de l’Éducation du Québec

 

Monsieur le ministre,

Vous héritez d’un poste de responsabilité qui n’est pas facile. Tout le monde sait que gérer un domaine comme l’éducation au Québec, de qui relèvent des milliers d’élèves, de professeurs et d’administrateurs scolaires, est toute une tâche.

Vous arrivez quand même précédé d’une bonne réputation. Vos antécédents dans le monde de l’enseignement vous prédisposent à ce poste crucial de ministre et vous valent un certain capital de sympathie.

Nous voulons croire à votre compétence et à votre ouverture. C’est pourquoi nous nous adressons à vous pour résoudre un problème local que votre prédécesseur n’a pas su régler à la satisfaction de la population de Repentigny.

Il s’agit de l’emplacement d’une école primaire dont le besoin se fait sentir à très court terme à Repentigny. C’est le dossier de l’école de Valmont-sur-parcs que vos fonctionnaires connaissent bien et qui a fait l’objet de nombreuses tractations avec les autorités municipales et scolaires repentignoises depuis plus d’un an.

La solution que votre ministère a retenue, soit la confiscation d’une partie d’un parc municipal de Repentigny, le parc Frédéric-Coiteux, ne convient pas. D’abord, parce qu’elle privera la population d’un espace vert très prisé et, ensuite, parce qu’elle nécessitera un réaménagement très coûteux qui frôlera le million de dollars.

Il est minuit moins cinq, mais il est encore temps de revenir à une solution qui faisait consensus à la fin de l’été dernier, soit l’utilisation d’un espace vacant à côté de l’école actuelle Franklin-Hill qui est entre les mains de la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier, mais qui lui a été cédé gratuitement par la ville de Repentigny en 2003.

Il s’agirait de revoir la taille de cette future école pour la ramener à une dimension plus raisonnable et plus pédagogiquement indiquée de 500 places-élèves. Le surplus d’élèves à absorber (environ 200) pourrait l’être par l’agrandissement envisagé depuis longtemps de l’école Entramis, qui reçoit actuellement moins de 300 élèves et qui est très bien située pour accueillir les 200 autres tout en ayant le terrain requis à cette fin.

Vous êtes un homme de bon sens et un administrateur efficace, dit-on, monsieur le ministre. Au nom de la population de Repentigny, notre section vous demande instamment de vous pencher sur le dossier que nous vous soumettons et de le régler à la satisfaction de tous les intéressés, dont plus de 1100 électeurs qui se sont exprimés dans une pétition en août, même s’il faut pour cela piler sur l’orgueil d’une petite minorité peu coopérative jusqu’ici.

 

 

Le conseil de la section Pierre-Le-Gardeur
de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal