INTRANET MEMBRES SSJB

Le Patriote – sept 2016

 

La première fois que j’ai entendu Claud Michaud, c’était à la maison Ludger- Duvernay, dans un spectacle consacré à Félix Leclerc. Je suis retourné le voir au Petit Moulinsart, dans le Vieux-Montréal, pour un hommage à Georges Brassens cette fois. Je cherchais d’autres occasions, mais ce Saguenéen a la bougeotte et trimballe sa besace à chansons aussi bien ici qu’en Europe.

claud-michaud
Le 6 août dernier, l’occasion se présentait de le revoir chausser les souliers de Félix à l’espace Félix-Leclerc de l’île d’Orléans et j’étais à nouveau conquis par cette voix et cette aisance à nous rendre le personnage. Je n’eus aucun mal à convaincre mon épouse de retourner l’entendre onze jours plus tard, devant l’église de Verchères, pour son spectacle Brassens-Scopie. Imaginez-vous donc : chanter Brassens sur le parvis d’une église, c’est pour le moins légèrement irrévérencieux (notons que Michaud avait pris la précaution de retrancher « Brave Margot », chanson grivoise qu’il interprétait dans la première mouture du spectacle). Vous dire si j’aime Michaud, c’est inutile, car vous l’aurez aisément deviné.

Maintenant, j’attends l’occasion d’assister à son nouveau spectacle, « Comme si j’avais des Elles », où il n’interprète que des paroles de femmes (Clémence Des Rochers,

Pauline Julien… pour ne nommer que ces deux-là). Pour les prochains rendez-vous, on se rend sur sa page Facebook ou à claudmichaud.ca