INTRANET MEMBRES SSJB

MONTREAL, le 2 sept. /CNW Telbec/ – C’est dans la foulée des grandes manifestations « McGill français » des années 70 que le gouvernement du Québec de l’époque a créé l’Université du Québec afin que cesse la discrimination contre les francophones du Québec. Il y avait alors au Québec quatre universités de langue anglaise (Bishop, McGill, Sir George et Loyola) pour seulement trois universités de langue française (Sherbrooke, Montréal et Laval).

L’Université du Québec a ainsi été créée pour être une université entièrement de langue française et non pour être une université bilingue.

De plus, tout comme l’a dénoncé le Syndicat des professeurs de l’UQAM, cela contrevient à sa mission cruciale pour la francisation des nouveaux arrivants.

Impératif français et la Société St-Jean-Baptiste de Montréal demandent au gouvernement du Québec de mettre un frein aux visées anglicisantes de certains dirigeants anglolâtres de l’UQAM qui modifient « à petites doses » la mission de l’Université du Québec.

Ces orientations anglicisantes des établissements postsecondaires de langue française au Québec sont le résultat d’une concurrence effrénée que se livrent ces établissements à cause des politiques de financement des gouvernements, mais surtout du sous-financement des universités québécoises de langue française.