INTRANET MEMBRES SSJB

20 mars 2013 –

 

Pour acheter le livre de Tania Longpré: http://goo.gl/kLo3H

«Tous ceux qui vivent au Québec sont-ils des Québécois ? Ceux qui ne le sont pas veulent-ils vraiment le devenir ? Pourquoi cela semble-t-il si compliqué pour les immigrants de prendre racine chez nous ?

La francisation, lit-on dans cet essai, ne se limite pas à savoir baragouiner quelques mots. Il faut apprendre à devenir québécois, à vivre avec les Québécois et non pas en périphérie de la société, en adhérant aux trois valeurs fondamentales : la primauté du français, l’égalité entre les femmes et les hommes et la laïcité de l’État.

L’intégration des immigrants, affirme Tania Longpré, passe par la maîtrise de la langue française et par le respect des codes culturels québécois. À l’aide d’exemples percutants, elle décrit l’ensemble des facteurs — les carences linguistiques des nouveaux venus, leur manque de connaissances et de motivation, l’incongruité de certains règlements fédéraux et provinciaux — qui nuisent à une adaptation réussie.

Enseignante en francisation des immigrants depuis 2007, détentrice d’un baccalauréat en enseignement du français langue seconde de l’Université Laval et déléguée syndicale, la Montréalaise Tania Longpré est une citoyenne engagée. Membre fondatrice de la Ligue d’action civique et en vue dans les médias (La Presse, Le Devoir) grâce à la publication de ses textes d’opinion, elle a participé également au collectif Notre indépendance, paru chez Stanké en août 2012. Aujourd’hui candidate au DESS en didactique des langues secondes à l’UQAM, elle est, par sa mère d’origine italienne, issue elle aussi de l’immigration.